15/03/2006

Il est toujours aussi beau

un clin d'oeil de NYC pour mon retour, mon voisin et les chiens... Je ne sais pas vous, mais moi, depuis que j'ai des yeux pour voir, et que mon regard est relié à ma conscience et à mes cellules nerveuses, la matière grise qui me permet de penser et de méditer, bref, depuis longtemps, je suis sensible à tout ce qui est beau autour de moi et la laideur ne reste jamais sur ma rétine. Question de chance (et de favoritisme c'est vrai, car si j'étais né quelque part dans un bidon-ville puant d'Amérique centrale, d'Asie ou d'Afrique, je ne réagirai peut-être pas de la même manière). Je remarque donc dans la rue, à Central Park ou dans ce merveilleux petit jardin tranquille des bords de l'Hudson, mais partout ailleurs aussi, la beauté des filles et des garçons. Celle des garçons me touche bien plus souvent certes et les contempler me fait vibrer comme s'il s'agissait d'une première fois. Non pas que je veuille à chaque fois leur sauter dessus et consommer cette beauté virile et tendre. C'est d'autre chose dont il s'agit. La conscience de faire partie avec eux d'un univers privilégié, celui de la jeunesse. Et comme la jeunesse est belle, je me sens beau à leur contact. 
L'empereur Hadrien dans ses nombreux périples a constamment mêlé la soif de la beauté aux contingences plus triviales de la raison d'état et de la gouvernance. C'est ainsi que son chemin croisa celui du jeune Antinoüs, et que le jeune et bel éphèbe bythinien devint pour l'empereur tout-puissant la raison de vivre et de continuer sur le chemin de la vie, la source de son inspiration d'homme de pouvoir, sa muse, sa vie, sa joie. Antinoüs peupla les jours et les nuits d'Hadrien avant que d'acquérir, par la volonté de son amant, l'immortalité. L'ensemble du monde romain célébra et honora Antinoüs, unique individu issu de l'anonymat dont les traits réels nous soient connus plus de deux mille ans après sa disparition...

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...