23/05/2011

Les livres sont comme des boussoles et guident notre vie



Retrouvé pare hasard les pages admirables que Françoise Sagan a écrit sur sa découverte de Proust... "... Je découvris aussi en lisant Proust, en découvrant cette superbe folie d'écrire, cette passion incontrôlable et toujours contrôlée, je découvris qu'écrire n'était pas un vain mot, que ce n'était pas facile, et que contrairement à l'idée qui flottait déjà à l'époque, il n'y avait pas plus de vrais écrivains que de vrais peintres ou de vrais musiciens. je découvris que le don d'écrire était un cadeau du sort, fait à très peu de gens , et que les pauvres nigauds qui voulaient en faire une carrière ou un passe-temps n'étaient que de misérables sacrilèges. Qu'écrire demande un talent précis et précieux et rare - vérité devenue inconvenante et presque incongrue de nos jours; au demeurant, grâce au doux mépris qu'elle éprouve pour ses faux prêtres ou ses usurpateurs, la littérature se venge toute seule : elle fait de ceux qui osent la toucher, même du bout ds doigts, des infirmes impuissants et amers - et ne leur accorde rien - sinon parfois, par cruauté, un succès provisoire qui les ravage à vie". (extrait de "Avec mon meilleur souvenir")

1 commentaire:

Alphanor a dit…

La remarque de Françoise Sagan s'appliquerait sans doute toujours à la masse des nouvelles publications réalisées tous les ans en Septembre pour la rentrée littéraire.
Mais on se rend vite compte que cela s'applique aussi à Internet, qui a ouvert l'écriture au plus grand nombre. Permettra-t-il de révéler plus de talents ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...