09/10/2011

Puissante et mystérieuse alchimie


En sortant hier matin du club de gym du quartier où nous allons régulièrement avec David et son frère, je me demandais d"où pouvait bien venir cette attirance pour la beauté plastique des garçons. Je me souviens de mon enfance dans le petit village du Médoc où j'étais à l'école. Fils de châtelain, j'avais un statut particulier bien que tout le monde - à commencer par moi - s'en défende et les filles me trouvaient beau . Je n'avais aucun mal à sortir avec elles. J'allais naturellement vers le corps des filles et celui des garçons ne me troublait pas plus que le mien quand je croisais ma silhouette dans la glace... Plus tard au collège à Bordeaux - j'étais pensionnaire chez les frères, puis en Angleterre, les occasions étaient nombreuses où la nudité de mes compagnons s'affichait : les douches, la piscine, le dortoir. Nous étions tous, à des degrés différents, disciples décomplexés d'Onan. En nous branlant, nous pensions aux filles, aux mères de nos amies, à nos cousines... Le rallye où j'étais inscrit n'(était qu'un prétexte pour enfin trouver la fille qui accepterait d'écarter les jambes et feraient de nous des hommes... D'où m'est venu le désir des garçons ? Quand ? Pourquoi ? Ma première expérience sexuelle (dont je me souviens dans tous les détails) me rendit très fier. La fille était un peu plus âgée et assez experte. Je fus maladroit, bouffi d'angoisse et très rapide. Mais quelle fierté ensuite ! Je l'avais enfin fait. Comme tous mes copains, j'avais souvent menti en proclamant que je le faisais souvent et depuis longtemps...  

A treize ans, là encore comme beaucoup, j'avais par les hasards d'une chaude nuit d'été, j'avais découvert le plaisir solitaire et le bonheur que cela me procura resta longtemps l'aulne avec laquelle je mesurais le degré de réussite de mes relations sexuelles adolescentes... J'étais amoureux d'une jolie petite brunette dont le père assistait le maître de chai à la propriété mais - sauf erreur - ce n'est pas à son corps que je pensais en me masturbant la nuit dans mon lit ou sous la douche. En fait, la plus ancienne expérience sensuelle dont je conservais le souvenir et qui resta longtemps enfouie tout au fond de moi. Depuis toujours, nous passions l'été en famille dans une grande villa du Moulleau, chez nos grands-parents, gardé par des bonnesd'enfant qui changeaient tous les ans. Nous étions cinq cousins du même âge, les autres étaient plus âgés et ne s'intéressaient pas à nous. Nous passions notre temps à nous battre. Nous étions tour à tour spartiates, romains, croisés, résistants, espions. Souvent, dans nos lits pendant la sieste obligatoire ou le soir quand on éteignait la lumière, nos jeux continuaient de la même manière : des corps à corps très sensuels où, pudiques, nous refusions la nudité complète mais il nous fallait sentir la peau de l'autre contre notre peau et nous inventions des jeux et des scènes très sophistiquées qui nous permettaient de frotter notre chair contre celle des autres... Tout vient peut-être de là... Mes cousins, sauf un, sont tous mariés ou vivent avec des filles. L'autre célibataire est trappiste en Belgique ! Au collège en Angleterre, certains garçons affichaient leur bisexualité et tout le monde tolérait - même les professeurs - les amitiés amoureuses et on savait tous que dans les studios réservés aux préfets (les aînés), des plus jeunes souvent venaient passer de doux moments avec leurs amoureux. Ils ne jouaient certainement pas aux cartes (ou peut-être au strip poker...), mais parler de tout cela aujourd'hui n'est plus du tout politiquement correct...
Bref, nous étions normalement constitués, nos couilles dictaient nos pulsions et l'éducation des frères ne nous empêchait pas de chercher à jouir. L'absence de filles disponibles et faciles expliquerait donc l'orientation sexuelle de votre serviteur ? Je n'en suis pas sur. pas plus que je crois avoir été déterminé à mes choix par un quelconque atavisme physique ou psychique. Quand je rentrais à l'université - l'année de mes dix huit ans - je sortais avec une fille superbe. Elle habitait un studio près du campus. J'y dormais souvent. Mais en même temps, j'avais un très bon ami avec qui je partais souvent à l'aventure.  Une année, nous étions partis réviser nos partiels dans la villa de ses parents au Cap ferret. Le premier soir, transis et fatigués - sa 2cv était tombée en panne et il nous avait fallu la pousser pendant plusieurs kilomètres. Il faisait froid et le chauffage ne voulant pas fonctionner, nous avions installé nos matelas devant la cheminée. Je ne sais pas comment c'est arrivé, mais nous nous sommes retrouvés complètement nus, l'un contre l'autre et nous avons longuement fait l'amour. Pour moi, ce fut une révélation, même si nous sommes restés cette nuit-là - et les suivantes - très "soft" dans nos pratiques, je n'avais jamais ressenti autant de plaisir. jamais je ne m'étais senti autant en harmonie avec un autre être humain. Nos baisers, nos caresses firent exploser en moi des sensations uniques que l'amour avec les filles que j'avais connu jusque là ne m'avait jamais apporté. Avec elles c'était comme par instinct, mécanique presque. Mon plaisir éclatait très vite et me laissait insatisfait, amer même parfois. Le corps ferme et doux à la fois, lisse et musclé, semblable en tout point au mien, de mon ami me donnait un plaisir incroyable jamais imaginé jusque là ! C'est ainsi que tout a commencé. j'ai eu d'autres maîtresses et pas mal d'amants. Puis je ne suis plus sorti avec des filles. Avec les garçons, j'ai eu ma période débridée où je ne cherchais qu'un corps à baiser, un moment de plaisir. Mais ce type de relation m'a vite fatigué. L'idée que celui avec qui je couchais était juste avant ou la veille avec un autre et qu'il serait dans d'autres bras après les miens m'a vite dégoûté. Très peu pour moi les back-rooms, les saunas, les lieux de drague et les baises sans suite. Ce que je cherchais dès lors, c'était l'amour et je l'ai trouvé.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...