01/11/2011

En ce moment, consumé de désir et songeur...

En parcourant les sites et les blogs des lecteurs d'Animula vagula blandula- dont nombreux sont devenus au fil des ans des amis - je viens de retrouver (chez Case des Hommes), un texte de Walt Whitman, extrait de Feuilles d'herbe, un des livres qui a le plus marqué mon adolescence et que j'ai découvert par hasard un jour de novembre dans la grande bibliothèque du collège où mon père avait décidé de m'envoyer. Il y avait tant de choses à lire que je ne savais pas par où commencer. Le bibliothécaire m'avait suggéré avec beaucoup de sérieux de procéder méthodiquement "Commencez à l'envers, à partir des dernières lettres de l'alphabet, et prenez au hasard, un nom, un titre qui vous attirent. Vous n'aurez pas assez de votre année parmi nous pour atteindre le A, mais vous serez lancé !" Quelques années plus tard, le film de "The Dead Poets Society" (en France, "Le Cercle des Poètes Disparus"), réalisé par Peter Weir. Avec Robin Williams, Ethan Hawke, Robert Sean Leonard remettra l’œuvre de Whitman à la mode mais le film sera vite oublié, écrasé par la niaise facilité des "High School Musical" que l'Amérique réfère donner en pâture à sa jeunesse pour éviter qu'elle ne pense trop et pas assez correctement...
"En ce moment, consumé de désir et songeur, assis tout seul,
Il me semble qu'il y a d'autres hommes dans d'autres pays qui sont consumés de désir et songeurs,
Il me semble que mon regard peut porter jusque-là et que je les vois en Allemagne, en Italie, en France, en Espagne,
Ou loin, très loin, en Chine ou en Russie, ou au Japon, parlant d'autres dialectes,
Et il me semble que si je pouvais connaître ces hommes, je m'attacherais à eux comme je m'attache aux hommes de mon propre pays,
Oh, je suis sûr que nous serions frères et amants,
Je suis sûr que je serais heureux avec eux."



Walt Whitman
Feuillets d'herbe, 1860

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...