23/05/2011

Les livres sont comme des boussoles et guident notre vie



Retrouvé pare hasard les pages admirables que Françoise Sagan a écrit sur sa découverte de Proust... "... Je découvris aussi en lisant Proust, en découvrant cette superbe folie d'écrire, cette passion incontrôlable et toujours contrôlée, je découvris qu'écrire n'était pas un vain mot, que ce n'était pas facile, et que contrairement à l'idée qui flottait déjà à l'époque, il n'y avait pas plus de vrais écrivains que de vrais peintres ou de vrais musiciens. je découvris que le don d'écrire était un cadeau du sort, fait à très peu de gens , et que les pauvres nigauds qui voulaient en faire une carrière ou un passe-temps n'étaient que de misérables sacrilèges. Qu'écrire demande un talent précis et précieux et rare - vérité devenue inconvenante et presque incongrue de nos jours; au demeurant, grâce au doux mépris qu'elle éprouve pour ses faux prêtres ou ses usurpateurs, la littérature se venge toute seule : elle fait de ceux qui osent la toucher, même du bout ds doigts, des infirmes impuissants et amers - et ne leur accorde rien - sinon parfois, par cruauté, un succès provisoire qui les ravage à vie". (extrait de "Avec mon meilleur souvenir")

French bashing : zut et rezut !

Le 71 Broadway, près de Trinity Chruchl'appartement de DSK a vue sur le ravissant jardin-cimetière
 Dès que la France fait un truc qui dépasse un peu le politically correct des yankees, ça y est, le pays entier est la risée de tous et l'opprobre tombe sur nous. les médias sont déchainés. Jusqu'au balayeur hier matin avec qui j'ai souvent parlé de la Paris qui me jette un ironique "Alors les français tous marxistes gros pervers" qui se voulait certainement une plaisanterie aimable... DSK coupable ou non est un poison. 

Ce n'est pas Julien Ducourneau, le secrétaire de la section du PS pour l’État de New York qui dira le contraire. DSK aurait été surpris au lit avec un groom de l'hôtel, on aurait rigolé mais il serait toujours président du FMI et possible présidentiable ! Ce Ducourneau au fait, il est bordelais lui aussi et gay. Il bosse dans une compagnie locale de cosmétiques et vit du côté de Greenwich Village avec son copain américain. la colonie bordelaise est bien étoffée. C'est un retour aux origines. Lors de la guerre d'Indépendance, nombreux furent les jeunes bordelais à venir sur les bords de l'Hudson. Certains s'enfoncèrent vers l'Ouest mais beaucoup sont restés sur la côte Est. Nous reprenons le flambeau en fait. Moyenne d'âge 28 ans, beaucoup de mecs et une énorme passion pour NYC !

21/05/2011

Dogs by Bruce Weber



J'aime cette photo du grand photographe des corps et de la mode. Elle me ramène à ma saison préférée, celle des grandes vacances. Il fait si beau ici que l'on ne peut pas songer à autre chose qu'à la plage et aux vagues... L'été n'est plus très loin et avec les délices du soleil, du sable et de la mer, revient aussi le bonheur de dormir nu la fenêtre ouverte laissant pénétrer les effluves de l'océan proche, ce bruit lancinant qui berce et emporte. contempler le corps de l'aimé, sa peau hâlée couverte d'un léger duvet blond, ses muscles durcis par les longues baignades, les virées en bateau, les courses sur le sable. Contempler son sourire quand il dort et au petit matin, quand lové contre mon corps, le désir se réveille et nous emporte vers d'autres rives...


Il y a des garçons que le corps des garçons n'attire pas. Le désir n'effleure jamais leur regard. Se peut-il qu'il existe vraiment des natures totalement, exclusivement, absolument hétérosexuelles ? Y-a-t-il vraiment des mâles assez honnêtes qui après avoir recherché au plus profond de leur mémoire, peuvent certifier n'avoir jamais ressenti ne serait-ce qu'une bribe de désir pour leur copain d'enfance, un garçon plus jeune ou plus âgé, un athlète aperçu au gymnase ou dans les douches ? Va-t-on naturellement vers la femme ? 


Quand j'avais quinze ans, je sortais avec des filles dont je tombais amoureux. J'essayais - par instinct - de les coucher dans mon lilt et mond ésir était alors intense. Peu se laissaient faire malgré l'amour qu'elles semblaient me porter, mais quand je rencontrai des filles dont l'ardeur rejoignait la mienne, l'assouvissement du plaisir, s'il me procurait une intense satisfaction, cette explosion des sens qui ne dure qu'un instant quand, enfoui en elles j'arrivais à l'orgasme, me laissait toujours un goût d'inachevé. L'honneur et l'instinct étaient saufs. mais pas mon coeur ni mon âme. Quand la première fois, j'ai connu le corps d'un autre moi-même - nous préparions notre bac ensemble - et que notre jouissance est lentement montée après de longues minutes de caresses, de découverte du corps de l'autre, j'ai reconnu ce plaisir qui montait et explosa dans tout mon corps à la fois. Jamais une femme ne m'a donné autant de plaisir que la plus ratée de mes relations avec un garçon. C'est bien de reconnaissance dont il s'est agi cette nuit-là. Comme si la sensation de nos deux corps unis dans une même sueur, nos muscles tendus, la douceur de nos peaux, nos jambes et nos bouches mêlées, était un retour vers l'authentique, l'évidente harmonie des sens. Le plaisir des dieux.

20/05/2011

Abercrombie & Fitch by Bruce Weber

Les modèles de chez Abercrombie, le plus souvent étudiants recrutés sur casting sont toujours magnifiques. certains deviennent mannequins professionnels, mais la plupart, une fois immortalisés par l'objectif du grand Bruce Weber, repartent vers leur anonymat. Ils sont l'image de la vigueur et de la santé yankee, un peu le prolongement du look Kennedy des années 60, sportifs, WASP (white anglo saxon protestant) et très très sexy, vous ne trouvez pas ? 
Une amie parisienne qui travaille à côté de la boutique que la marque vient d'ouvrir sur les Champs Élysées m'a dit que 101 beaux mecs au torse avantageux et imberbe (à la Bruce Weber je vous dis) arpentent le trottoir depuis quelques jours torse nu donc, en jean et blouson de la marque. Ils se font photographier avec les passantes et, ô surprise, il y a autant de jeunes gars entre 16 et 20 ans que de petites minettes excitées. Et puis cela sent l'eau de cologne Abercrombie dans tout le pâté de maison. font les choses en grand chez A&F. J'en connais qui doivent faire la queue pour pénétrer dans ce haut lieu de la mode yankee qui fait fureur dans le monde entier. Faut avouer que c'est super, confortable, sans prétention et pas cher mais je ne sais pas si les prix français ne sont pas plus élevés que les nôtres ici !

Abercrombie, moi j'aime !



















Posted by Picasa

Feu Follet, by Louis Malle, 1963.

"Difficile d'être un homme, il faut en avoir envie", Feu Follet de Drieu la Rochelle

Je n'ai plus quinze ans, je devrais avoir parfaitement assimilé certains fondamentaux qui permettent à l'homme devenu adulte de s'éloigner des brumes de la rêverie romantique de son adolescence. Mais qu'en est-il en réalité ? Je relisais la nuit dernière "Feu follet" de Drieu la Rochelle. Il y a dans la bibliothèque de mes parents au château tous les romans de cet écrivain dont les choix pendant la guerre ne furent pas les bons. Comme Brasillach et d'autres, la peur du bolchévisme, la conscience d'un monde qui se précipitait vers une barbarie qui mettrait tôt ou tard à mal les valeurs de notre civilisation, la laideur du prolétariat suant et luttant comme le mettait en avant les soviétiques, tout les poussa dans les bras des nazis. Dieu que le piège était gros. facile à dire des années après : la beauté de l'ordre nouveau fascinait ces artistes brillants pétris de valeurs puisées dans les écrits des penseurs grecs et romains. Le défilé de ces jeunes dieux blonds laissait croire à l'avènement d'une civilisation de la beauté et de l'esthétique... Mais je ne suis pas là pour dresser une défense de la collaboration des intellectuels au fascisme, ni pour les défendre ou les accabler. Drieu a laissé une œuvre magnifique que son suicide a laissé inachevée. "Feu follet" m'a interpelé. Cet homme-enfant qui se détruit parce qu'il prend conscience qu'il ne sera jamais adapté au monde des adultes ni aux valeurs qui s'y déploient. Drieu La Rochelle n'était pas amateur de garçons, sauf à savoir en ressentir la beauté, il n'avait d'attirance physique, de pulsion sexuelle que pour les jeunes filles. Les femmes de ses romans sont de belles femmes juives, des jeunes femmes de la grande bourgeoisie ou de l'aristocratie, fières ou décadentes. Mais comme chez Montherlant, Gide ou Mauriac, la beauté des garçons traverse ses livres.

Revenons à la pensée que ce matin me tarabuste. Je suis encore jeune, plus un jeune homme mais un homme jeune. Enfin selon ce que je fais ou ce que je porte. Dans la tenue de trader efficace et rationnel, costume Tom Ford en super 100, mocassins Ferragamo de chez Saks, cravate Hermès et pochette blanche, je suis le mâle actif de la catégorie des décideurs posés, aux revenus très largement supérieurs à ceux de la moyenne. Quand je pars sortir Brinkley dans 91st St. Garden à Riverside Park, en bermuda et polo, je redeviens l'adolescent au look peu soigné les cheveux mal coiffés et sans complexe. On ne peut savoir si j'ai 500$ ou un seul dollar dans mon portefeuille, et je crois que les regards qui se posent sur moi n'ont pas la même signification que lorsque je marche sur les trottoirs de l'Avenue of Americas où je bosse. Pourtant je reste le même, un mec d'une trentaine d'années qui aime sa vie et qui reste celui qu'il était à 15 ans dans le bordelais, à 17 ans dans son collège anglais ou à l'université quand il avait 20 ans. Mais le temps passe et la société attend de nous que nous abandonnions le rêve qui nous porte enfant vers l'âge mûr. Combien d'entre nous parviennent à le conserver ce rêve ? Combien réussissent à ne pas se trahir ? Je vois autour de moi des dizaines de types qui compensent leur trahison par l'alcool, les relations sans lendemain, la drogue, et grâce au pouvoir que l'argent leur donne, par la consommation de biens matériels, de voyages aux Barbades, d'achats compulsifs à 3.000 $ l'objet...
Mais revenons au roman de Drieu la Rochelle. Alain, le héros est malheureux. Sa femme vientd e l'abandonner, mais le vrai malheur qui le ronge est ailleurs. Il est taraudé par une angoisse fondamentale, par un refus radical de l'âge adulte. Il vit dans une adolescence perpétuée et ne trouve rien dans le monde des hommes faits qui justifie qu'on tente de vivre et qu'on accepte de vieillir. Il se sent trop fugace pour exister en face de la pérennité des choses, des pierres, des rues, des foules... Rien de lui ne s'accroche au monde, rien ne vaut de durer.

"Difficile d'être un homme, il faut en avoir envie" dit-il. La drogue lui a permis un temps de prolonger de quelques années l'adolescence. Mais il est épuisé. Chez le héros de Drieu, l'absurde a vaincu - cette angoisse commune vieille comme l'homme, ce "spleen" terrible dont quelques uns parfois ne parviennent à se défaire qu'en mourant, le mal du siècle qui se répand depuis plusieurs siècles... Quand j'ai refermé le livre - il était cinq heures du matin - j'ai eu envie de pleurer. Pourtant ma vie ne m'apporte que satisfaction et j'aborde chaque jour avec enthousiasme. Le garçon qui dort à mes côtés est merveilleux. Il est beau, il est intelligent et il m'aime. Nos amis sont géniaux et je n'ai ni problème de santé ni ennuis d'argent, loin de là. Ma vie est un privilège que beaucoup pourraient m'envier et j'en suis conscient. Humblement. Mais j'ai parfois l'impression qu'une ombre plane au-dessus de moi qui n'est rien d'autre que la persistance de l'enfant que je fus qui portait en lui mille rêves et désirs que peu à peu celui que je suis aujourd'hui a abandonné et trahi...Lecteur, pardonne ce déballage un peu désordonné. Je vais prendre un café avec mes collègues.

19/05/2011

L'homme est un chef-d'oeuvre

A master-piece. Les garçons sont presque toujours magnifiques ! Je me demande si un groom qui se retrouverait avec un homme dans une chambre d'hôtel avec un mec chaud, même de l'âge de Strauss-Kahn, ferait autant d'histoire que la femme de chambre du Sofitel avec DSK ? Mes amis de France me harcèlent de mails et de messages sur Facebook pour savoir comment on réagit ici. New York est une grande ville et la foule de journalistes autour du palais de justice n'empêche pas la vie de se dérouler comme si de rien n'était. C'est rageant quand on est français de savoir que ce type - si l'affaire est vraie car cela n'est pas prouvé à ce jour - met à mal l'image de notre pays mais bon, il fait beau et chacun vit sa vie. Pas davantage de discussions sur le sujet que sur d'autres.

Solace avec le beau Joe Tuccio

01/05/2011

Le printemps est enfin là

Cette année, le temps n'a pas été très clément. il y avait encore de la neige ces dernières semaines. Le ciel est clair, bleu, dégagé mais il ne fait pas très chaud. cela n'empêche pas Central Park d'être plein de monde. Journée tranquille pour nous ce samedi. Quelques courses. Un déjeuner au San Matteo, la pizzeria de la 2nd Ave, entre la  90e et la 91e rue). Un régal. Ce n'est pas loin de chez nous et c'est la meilleure pizzeria de tout l'Upper East Side. C'est bon, petit, le cadre agréable et le  service sympathique (et attentionné), bien que parfois un peu dépassés quand il y a trop de monde. Me suis régalé comme d'habitude avec leur sublime calzone di polla, un chausson dans une pâte onctueuse et parfumée contenant des champignons  frais et de la scamorza, un fromage qui fond et file comme la mozzarella avec un petit goût de fumé en plus et du basilic. Ils font un véritable expresso, pas de la flotte chimique comme chez Starbuck's ! 
Retrouvé les amis de Paul avec Sylvia, une tchèque qui est en cours avec lui. Andy et John nous ont rejoint à Central Park. Andy ressemble à s'y méprendre à Colin Dack, le somptueux mannequin qui est installé à New York et poses souvent pour Vogue. Dieu que les garçons sont beaux au printemps ! Vivement les vacances.   

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...