26/07/2014

Les joies de l'été

 Qui ne conviendra pas avec moi que l'été revenu, nos sens se réveillent et que les occasions sont nombreuses qui font chavirer nos cœurs et nous insufflent des idées que le quotidien, la raison, le temps où simplement la fatigue des jours ont jusqu'alors le plus souvent endormies. Ce n'est pas trahir la personne qui occupe notre vie et partage notre lit que de regarder autour de nous toute cette magie soudain réapparue. Dieu que les garçons sont beaux en été. Oui j'entends certains de mes amis plus coutumiers de la proximité des filles qu'elles aussi en été se font magnifiques et que leurs sens aux aguets le débusquent à chaque coin de rue comme nous ceux de la même espèce que nous. Ils seraient bien hypocrites à ne pas vouloir reconnaître que la beauté des garçons se fait sublime avec le soleil et l'air, la lumière, ces corps dévêtus, dorés et secs. On peut préférer les filles aux garçons, on peut n'avoir jamais frotté son corps jusqu'au délice suprême à celui d'une personne du même sexe, on ne peut nier qu'ils sont beaux, rayonnants, splendides. Pour ma part, j'ose prétendre qu'il est bien plus facile de trouver un beau gosse bien foutu, joliment doté par la nature de traits adorables, d'épaules larges, de pectoraux joliment dessinés, de fesses bien rondes de jambes musclées et de fines attaches que de vraiment jolies filles. Les hommes qui préfèrent les garçons sont peut-être plus difficiles dans leur contemplation de la beauté féminine. Il y a en a de vraiment splendides, des filles à la beauté naturelle et sans fard qui vous coupe le souffle quand on les croise, mais c'est moins souvent...


En attendant, nous sommes en vacances. Quelques semaines tranquilles. La plage. Farniente complet sans ordinateur( ou presque), loin de la foule bigarrée de la grande ville. Peu de monde dans la maison. Des voisins charmants qui viennent d'emménager et un barbecue le soir de notre arrivée, prétexte pour nous montrer les nouveaux aménagements. Mélange de genres, vieux ménages très Tea Party, un sénateur, un ancien gouverneur, deux jeunes français très gays, plein d'enfants et une douzaine de jolis adolescents, filles et garçons, tous très Ralph Lauren. Amusant mais trop ficela pour nous. Longue promenade sur la plage avant de prendre possession de notre chambre. Brinkley est heureux, il retrouve ici ses réflexes de chiot. Monsieur est né à Cape Cod, chez une vieille femme aujourd'hui disparue qui racontait à tout le monde que sa première chienne était la fille d'un des chiens de la tribu Kennedy, je ne sais plus à qui en vérité. C'est bien ce que nous avons toujours pensé : ce chien n'a pas seulement un nom célèbre, mais c'est un aristocrate. C'est si rare en fait dans ce pays, les aristocrates... Mais le Massachusetts, Boston et New York City ne sont pas les États-Unis, n'est-ce pas.


Nos affaires installées, les marques prises et quelques heures de récupération après des semaines très fatigantes, et nous voici en vacances. La maison n'est pas encore pleine et nous pouvons paresser un max. Lectures, siestes, bateau un peu, plage beaucoup. Nous sommes bien. "Aux petits oignons".

16/07/2014

Comme un enfant sage tu m'attendais


Je m'en souviens comme s'il s'agissait d'hier... Nous avions rendez-vous dans ce jardin que nous aimons tant tous les deux, à deux pas de l'appartement que j'occupais dans la 84e rue, où nous jouions "Friends" avant "Friends". Riverside Park était rempli de ces odeurs estivales qui font oublier le bruit et la pollution de New York, quand le ciel est dégagé, et qu'une douce brise mêle aux senteurs de l'Hudson des volutes d'herbe coupée et de lilas. Je pensais te retrouver sur ce banc où nous nous étions assis quelques jours plus tôt pour la première fois. Une vieille dame énorme y était installée avec une autre toute menue. Tu n'avais pas pu t'y installer sûrement. je te cherchais des yeux. Soudain je t'aperçus. Au milieu de la pelouse, à côté d'un groupe d'enfants qui jouaient avec un jeune chien, tu étais couché dans l'herbe, à plat-ventre. Je te voyais de dos qui rêvassait. Je n'avais d'yeux que pour ta nuque, cette partie de ton corps qui me fit tant d'effet lorsque nous nous sommes rencontrés. L'implantation de tes cheveux, haute qui te donne un air de jeune gladiateur, les muscles saillants, et le lobe de tes oreilles joliment dessiné... J'y retrouve les portraits du Prince Eric des Signes de Piste que lisait mon frère et dont les illustrations me faisaient rêver, ces êtres superbes, hyperboréens radieux. Tu as dû sentir que j'approchais, car tu t'es retourné soudain et j'ai vu ton sourire, tes yeux brillants où je lisais cet amour partagé qui demeure après tant d'années... C'est à cause d'un souvenir comme celui-là que je ne suis jamais reparti d'ici et c'est bien.

14/07/2014

Hold that torso (Part one)

Il y a beaucoup de parties du corps des garçons qui sont attirantes. Pour ma part et depuis mes plus anciens souvenirs, ce qui m'attire et me fait flasher avant tout chez un garçon, ce sont ses pectoraux, sa poitrine musclée et large, imebre et joliment dessinée... En voici quelques échantillons pour gourmands et amateurs. 


















Le rêve d'Hadrien


Hadrien un jour de juillet contemplait Antinoüs endormi. Il songeait à Pindare, aux vers sur endymion assoupi. Le garçon était d'une telle beauté abandonné au sommeil, le corps soulevé doucement par sa respiration. Et si demain ce coeur si vaillant devait s'arrêter avant le mien ? se demanda l'empereur en caressant la poitrine du bel ami endormi. "Comment pourrais-je lui survivre ?" Que fit Alexandre après le départ d'Ephestion ? Achille sans Patrocle ?". Il s'éloigna de la couche de son amant pour regarder la nuit égyptienne. Alexandrie brillait de milliers de feux, la cité mirifique ne dormait jamais. Il regardait au loin les faisceaux du phare merveilleux et soupira. 

Il eut à ce moment précis la certitude que quelque chose de terrible allait arriver. Il eut la vision de ce corps adoré laissé aux mains des apothicaires et des embaumeurs, les pleureuses et le peuple curieux et froid qui contemplait son malheur et ses larmes. 


L'adolescent se retourna, ce dos admirable, la douce courbure de ses reins, ses épaules larges et fortes et ce cou si fin, cette nuque gracile où couraient de belles boucles claires. Hadrien, le maître du monde civilisé, le lettré, le fort, le grand, tremblait comme une fillette en songeant à la séparation. Il ne pouvait plus désormais concevoir sa vie sans son ami, son fils, son amant, son dieu...


Tu n'en sauras rien, jamais...


Tu t'es mis à parler. Le ton saccadé de ta voix, tes gestes désordonnés, tout trahissait un grand désarroi. Tu disais avoir eu tellement confiance, cette impression d'avoir atteint le port, enfin. Et puis il t'avait laissé, trahi, abandonné. une fois encore, en dépit de ton jeune âge - vingt ans à peine - tu te retrouvais désemparé, floué, nu comme au premier jour, volé. Ton amour pour lui venait en un instant de disparaître dans une gerbe de trahisons et de mots trop durs... Et tu te mis doucement à pleurer contre mon épaule, tes bras autour de mon cou, la chaleur de ton corps, l'odeur de ta peau... Il eut été facile de profiter de l'instant mais tu n'aurais pas compris. Je suis resté immobile, osant seulement te caresser doucement le dos comme on caresse un enfant malheureux. N'était-ce pas ce que tu étais là tout contre moi avec ton chagrin et ta rage ? de quel droit aurai-je profité de ton désarroi ? Et tue n'en sauras jamais rien, moi qui t'attends depuis si longtemps maintenant...

First Time


12/07/2014

Extrême sérénité

Délices chaque fois renouvelés... Quand un corps jeune et racé se détend soudain après l'effort. Quand oublieux des regards alentours, il se montre tel que la nature l'a créé, beau terriblement beau et pur et fort. Une des joies de l'été quand les jeunes hommes se dénudent à l'appel des vagues et du soleil...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...