01/06/2013

Mystère du temps qui passe et des rencontres imprévues

Depuis combien de temps n'ai-je plus repris le chemin de ce blog ? Des mois sont passés sans que je prenne le temps d'y venir ajouter quelques images et des mots. La vie quotidienne et la force d'attraction des habitudes, le train-train quotidien. New York est un monde qui happe et nous prend tout entier, le jour comme la nuit.

L'été approche à grands pas et avec lui le temps des vacances et du retour joyeux sur notre vie à tous les deux. Prendre le temps enfin de nouveau pour être l'un avec l'autre sans interruption, sans les petites ruptures de chaque jour, le travail, le métro, les amis, les sorties. Etre seul avec toi sans rien faire de prévu. Rien d'extraordinaire : aller chercher des fruits, repeindre la cuisine, regarder un film, prendre un thé, marcher dans le parc avec le chien, bouquiner ensemble sur le canapé, faire des pancakes ou de la confiture.  
En attendant ce moment, je repense à tout ce que nous avons vécu : ce premier film où nous sommes tenus la main, comme des adolescents. Le Décaméron de Boccace vu par Pasolini. Le beau jardinier au pagne suggestif. Cette image que tu conservais entre les pages d'un livre d'architecture et que tu avais découpé dans je ne sais plus quelle revue qui ferait grincer les dents aujourd'hui. Tu l'avais acheté à Paris. Vintage. Etait-ce Samouraï ? Je ne sais plus. Le bel éphèbe endormi qui sourit en rêvant...

Et puis ton petit frère quand il venait dormir les premières fois et semblait fasciné par notre amour, cet équilibre qui peu à peu a eu raisond es réticences de ta famille comme de la mienne. Il ressemblait un peu à celui sur la photo, bien enroulé dans sa paix intérieure comme dans les draps de son lit...

Notre passion commune pour la lecture. Ton rêve d'un appartement à Paris, dans l'île Saint-Louis, face à la Seine, avec une grande bibliothèque garnie de centaines de volumes. Le silence de la vieille demeure, l'odeur de cire des parquets, les boiseries, le mobilier. Tout ce qu'un américain rêve de posséder... Nous y retournerons bientôt. Peut-être un jour, quand nous auront vieilli, aurons-nous cet appartement sur le quai, dans un vieil immeuble chargé d'histoire ?


En attendant, dimanche approche. Nous resterons en paix tous les deux. Sans visite, sans sortie. Rien que nous deux, le chien et le chat et des vidéos, des livres et un bon vin de chez moi. Et le temps passera délicieusement, lentement. Parfaitement...


Nous aurons bien sur des pensées coquines à regarder certaines images... Et savoir l'autre tout proche qui vibre comme nous nous permettra d'être rassurés - si besoin était - sur l'état de notre libido à tous les deux !


3 commentaires:

estèf a dit…

C'est vrai que ça faisait longtemps, mais avec toi la patience est toujours récompensée ! Merci de ton retour.

Silvano a dit…

Un bien joli billet plein d'amour et de bonheur de vivre.

Hadrianus a dit…

Merci Silvano. Nous sommes à bonne école avec toi !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...