10/11/21

“Love you!” “-Mean it!”

- Love you ! 

- Mean it !

Echange verbal entendu sur le parking en remontant de la plage. deux garçons, grands, bronzés, leurs planches sous le bras. A peine vingt ans pour le plus vieux. Epaules larges, pectoraux rebondis, duvet blond sur leurs jambes encore bronzées. David et moi, n'avons pas pu nous empêcher de nous retourner. Le plus jeune a laissé tomber sa planche, lâché sa serviette et son sac et s'est précipité sur son compagnon lui sautant littéralement dessus. Ils sont tombés tous les deux, roulant comme deux chiots sur le sable en riant et en s'embrassant. Nous avons souri. Belle image avant le retour à la maison et la semaine qui nous attend. Attendrissant et rassurant. Personne sur le chemin ne semblait offusqué, mieux : personne ne remarqua ces deux jeunes hommes encore dans l'adolescence, mais personne non plus ne semblait ignorer ce qui se déroulait au milieu de tous, deux êtres amoureux et affirmaient leur bonheur en se couvrant de baisers. Quelque chose de beau, de tendre et de naturel. Moment joyeux offert au monde entier. Cette scène inattendue m'a fait penser à la célèbre chanson " Que je t'aime, que je t'aime" que nous n'avons pas arrêté de chanter à tue-tête David, Benedict et moi sur le chemin du retour.


 

Détente, Moments intimes, délires et c'est déjà lundi...

Savoir qu'on va dormir tard, que quelqu'un aura sorti le chien, que dehors il va faire beau et que l'automne une fois de plus est délicieux. Sentir monter l'odeur des muffins grillés et du café fraîchement moulu. Entendre David revenir de la cuisine avec le plateau... Les journaux du dimanche, les revues, les bouquins qu'on n'a jamais le temps de lire. "I'm starving" me dis-tu en posant le plateau sur le lit entre nous. C'est dimanche...

Puis des désirs câlins se faufilent dans la chambre silencieuse... L'attitude abandonnée et détendue de nos corps nus, le silence et l'air marin aussi, tout appelle nos esprits à des idées gentiment lascives, une autre sorte d'appétit qui nourrit l'amour et ne cesse de grandir. Délices sous les draps, complicité, rires et émotion aussi chaque fois renouvelée du plaisir partagé, tendre, toujours renouvelé comme aux premiers jours avec toi. Reposer après, se rendormir peut-être mais toute cette énergie amoureuse donne faim aussi. Les brioches de Mrs Shellerska sont sublimes avec le chocolat Dardenne arrivé hier de France que nous avons amené avec nous...

 
 
Faire l'amour est une douce chose quans le corps de l'autre n'a plus aucun secret pour nos mais demeure un mystère chaque fois redécouvert, avec surprise, avec émerveillement. Sentir dans nos effusions la présence du dieu Amour, cet éphèbe aux yeux clairs et espiègles qui guide nos mains, tend nos muscles et répand en nous cette force inextinguible qui nous pousse à aimer et renouvelle notre passion, alimnet notre désir.

Séance Selfies ensuite, délires et natures mortes (les vêtements sur la banquette, le plateau du petit-déjeuner, le reflet du vase de fleur sur le store, objets inanimés rendus uniques par la lumière du matin, jaune, diaphane, presque orangée et puis toi, qui m'attire dans ton jean que tu enfile en me parlant de je ne sais plus quoi, le tissu qui glisse sur la peau si douce et si ferme de tes jambes. Et ton rire de faune, et comme en ombre chinoise le dessin de ton buste, tes épaules, tes reins à la cambrure de jeune demi-dieu. " Tu semble descendre du Parnasse pour mon plus grand bonheur, jeune demi-dieu" dis-je en lui tendant les bras "Tu en es aussi" me dis-tu gentiment moi qui déplore chaque jour de nouveaux cheveux gris sur mes tempes, "mais toi tu ne l'es pas à moitié, tu le dieu absolu de ma mythologie, tu règnes sur mon Parnasse". Délicieux et touchant, ce bon mot que je sais sincère, fait briller mes yeux et les tiens, et me pousse l'un vers l'autre de nouveau...


 
Dix heures déjà. Notre logeuse vient de sortir. Nous entendons le chien aboyer et la voiture sur les graviers. Il va falloir nous lever, faire le lit, ranger un peu, nous laver et nous vêtir pusiqu'on nous attend à deux pas, sur le port, pour une sortie familiale en bateau. Larguons les amarres et voguons sur l'océan comme nous voguons dans le plaisir d'être ensemble, toi et moi. Nous. A chaque instant, le jour, la nuit. toujours. Comme dans la joie de ce dimanche ensoleillé. 
 

 
Nota Bene : les photos présentées sont à usage d'illustrations dans le sens littéral du mot et ne sont les portraits d'aucune des personnes mentionnées dans le texte. Inutile donc de m'écrire pour me demander d'autres photos de famille ! elles sont choisies pour leur esthétique et j'y cherche des similitudes et des ressemblances. Des illustrations quoi !

10/09/21

Mouvement

mouvement (nom masculin) : Changement de position dans l'espace ;  "action par laquelle un corps passe d'un lieu à un autre" ( Descartes)/Etude du mouvement (cinématique, dynamique, mécanique) / Changement de position ou de place effectué par le corps ou de ses parties (geste). Des mouvements vifs, lents, aisés, maladroits/ Groupe d'individus se regroupant dans un but d'agir en commun. "Un nouveau mouvement politique a été créé".

La beauté que même une image fixe - peinture, dessin ou photographie - ne fige pas dans notre esprit, est encore plus marquante quand elle est en mouvement. Le détail du geste anodin de ce garçon nu sur son lit, fin, lisse, passant doucement sa main sur son mollet, la tête penchée révélant la blondeur de ses cheveux (Merci Nicolas de ton éternelle élégance) coupe le souffle tant l'harmonie du mouvement mêlée à la représentation de l'ensemble ne peut qu'émouvoir même les plus insensibles à la beauté mâle. Les mouvements du danseur, du nageur, du joueur de tennis sont autant de représentations de la beauté du corps. Certains sont incapables de s'en nourrir. il leur faut envisager ce qui peut salir, ternir la beauté qui jaillit devant nos yeux et nous fait toucher à l'universel, au divin, à l'existence des dieux - ou de Dieu - au-delà des religions  et de leurs préceptes et règles morales...

La beauté. un sujet bien plus important selon moi que les débats politiques, les combats de la "pensée" woke qui enrage à ne poarvenir encore à tout déboulonner pour inverser les choses, faire des anciens maîtres des esclaves à leur tour et proclamer contre la volonté même de l'énorme majorité de ceux que ces illuminés excités prétendent vouloir défendre et mettre en avant, ceux-là même qui veulent juste qu'on leur fiche la paix et qu'on leur permette de vivre comme tout le monde et de se fondre dans la masse de la grande foule humaine, avec les mêmes droits liés aux mêmes devoirs... Faire souffrir et contraindre le blanc dominateur esclavagiste, méchant blanc occidental dont les ancêtres depuis Athènes et Rome a passé son temps à soumettre les pauvres sauvages natifs qui ne demandaient rien... Non parler de beauté et d'amour est bien plus important et bien plus utile et profitable à l'humanité. Un homme heureux, apaisé, joyeux, tranquille n'aura rien à faire que son vosiin, son ami, son amant, son patron, son subalterne soit noir, jaune, ou vert ! 

Admirer le mouvement des garçons qui surfent, qui plongent, courent, se déshabillent en riant, jouent, se battent pour rire, se touchent et s'aiment, admirer la beauté des filles qui marchent dans la rue sans risquer de passer pour un pervers ou un obsédé sexuel... Aimer et baiser parce que cela fait partie de notre existence et ne devrait jamais qu'apporter la joie et le bonheur. respecter l'autre, l'aimer, l'aider, lui tendre la main quand il a besoin d'être aidé, accueilli, encouragé. C'est cela qu'il faut enseigner aux enfants, c'est cela qu'il faut déployer partout sur la planète. Oser cette fraternité naturelle chez les petits d'hommes avant que les adultes abrutis par leurs frustrations et leurs blocages mentaux ne les salissent avec la haine et le mépris de la différence... Bougeons, sautons, jouons, sourions, aimons. Apprenons à rechercher la beauté, à l'aimer. Partageons-la à chaque instant avec l'autre, celui ou celle que nous aimons, avec nos voisins, avec l'étranger, avec l'inconnu. Rien d'autre n'a d'importance et rien d'autre ne donne autant de force !

"I am nothing in my own individuality, what makes me human is to seek to be with others."  (Charles Pépin)

A lire ce magnifique ouvrage de Charles Pépin, "Quand la beauté nous sauve" ("In the Clutch of beauty) au lieu de perdre votre temps à lire les hystériques de la culture woke, ces pauvres gens qui ne veulent pas être en paix, qui ne souhaitent pas profiter du temps qui nous est imparti sur cette terre pour goûter au bonheur et à la sérénité, qui refusent la paix et ne sont que haine et ressentiment. Une culture de mal baisés en vérité ! Allez, laissons les à leurs aigreurs et à leurs vains combats et bon Weekend !
 

10/02/21

Photo historique par Horace Bristol, US Navy, Rabaul Harbor

On the heat of battle, photographer Horace Bristol captured one of the most unique and erotic photos of WWII and maybe the only one with such a beautiful guy.

Horace Bristol photographed a young crewman of a US Navy “Dumbo” PBY rescue mission, manning his gun after having stripped naked and jumped into the water of Rabaul Harbor to rescue a badly burned Marine pilot. The Marine was shot down while bombing the Japanese-held fortress of Rabaul.

“We got a call to pick up an airman who was down in the Bay. The Japanese were shooting at him from the island, and when they saw us they started shooting at us. The man who was shot down was temporarily blinded, so one of our crew stripped off his clothes and jumped in to bring him aboard. He couldn’t have swum very well wearing his boots and clothes. As soon as we could, we took off. We weren’t waiting around for anybody to put on formal clothes. We were being shot at and wanted to get the hell out of there. The naked man got back into his position at his gun in the blister of the plane... And well, there was his butt, and I had a camera. I mean I am a historian.”

That is the BEST EVER quote about the nature of historians I’ve ever seen ! Certain moments afterall just need to be preserved for posterity, don't you think ? Have a good sunday, dudes.

9/22/21

Connaissez-vous Laurent, l'auteur, inventeur et rédacteur de Red Mug, Blue Linen ? Il n'écrit sur son blog qu'en anglais et ce site est le plus élégant et le plus raffiné que je connaisse. les illustrations choisies sont toujours très belles, symboliques souvent, décalées toujours par rapport au sujet traité dans les différents billets du mystérieux Laurent, brillant bretteur d'idées, doté d'une culture nourrie aux même sources que celles de mes lecteurs préférés et celles de votre dévoué. Si vous en savez davantage sur lui, des échanges peut-être, ne dites rien. La beauté de son blog n'a pas besoin d'éclairage trop vif. Le lire est un bonheur quotidien. hélas, il semblerait que depuis quelques semaines, en réalité depuis février dernier, notre discret Laurent dont j'aimerai tant qu'il soit ce garçon qu'on voit de dos à côté du titre de son blog. Chemise bleu chambray en coton (celle du titre) élégamment usée (il n'y a que les parvenus et les sans-goûts qui portent des vêtements neufs, la patine et l'usage sont tellement plus élégants, "chics" comme disent les britanniques), coupe de cheveux classique et mug rouge basque (celui du titre). Du thé (chaud et au lait de préférence ou, accordons-lui cette péripétie esthétique, café noir allongé à l'américaine). Et en exergue cette sentence, définitive, qui situe où le visiteur se trouve :"A Gentleman doesn't dine in restaurants"

Sa présentation est un résumé d'élégance et d'intelligence. Voyez plutôt :

"Writing to a colleague in the 1930s, the physicist Wolfgang Pauli confessed, “I have done a terrible thing. I’ve postulated a particle that can not be detected.” Eventually, Pauli won the Nobel Prize for his Exclusion Principle, i.e., all material particles exhibit space-occupying behaviour - and could very well fall within the province of restaurants. I wonder if red mug, blue linen will be that terrible thing, a postulate without a particle - that a gentleman is only that creature whose nourishment occupies no space. But whether that is true, is less urgent to know than where it comes from."

De quoi continuer d'espérer dans l'avenir de l'humanité, tant que des êtres penseront et écriront, liront et débattrons  avec modération, intelligence, mesure et un mug de thé. Et ci-dessous la toute première illustration publiée sur le blog, le jeudi 29 juillet 2010, avec en légende ces simples mots : "Under development" et quel développement vraiment ! Et le commentaire d'un ami lecteur : "This i going to be something amazing. I can already tell!". Il avait raison, n'est-ce pas ?




Taedium vitae...

Cette crise sanitaire que l'ineptie et la bêtise des élites au pouvoir un peu partout dans le monde nous oblige à vivre, qui aide à grignoter timidement ou à la hussarde nos libertés et notre vie sociale devient partout et en permanence, le sujet et la préoccupation de tous. Des amis se déchirent, des familles se délitent, les portes claquent, la haine parfois même surgit. Partout on sent la lassitude et l'ennui. Le "Taedium vitae" des romains n'a jamais été autant répandu. 

Pourtant, il reste des joies et des petits bonheurs que le Covid ne peut atteindre ni détruire. Il suffit de les lister lorsque le doute nous étreint, l'ennui, la peur, le stress. La méthode marche, essayez donc.

 

Pour ma part, c'est la simple idée le matin lorsque je me lève de sentir à côté de moi la  personne que j'aime, de pouvoir contempler son corps parfait, sa peau lisse et bronzée, son sourire juvénile encore.

C'est savoir qu'après avoir vaqué à nos occupation réciproques, nous nous retrouverons ce soir.

C'est l'idée de prendre un capuccino et des amaretti tout à l'heure au Caffé Roma sur Broome Street, avec mes associés où nous parlerons de tout sauf du covid (prohibé), du travail (prohibé aussi), de politique (encore davantage interdit)...

C'est penser à notre soirée, avec Mark, David et Hélène et Frédéric deux nouveaux amis arrivés de Lyon il y a un an déjà et qui s'organisent pour ne jamais repartir. Nous dînerons a la maison et regarderons "Sunshine on Leith, cette tonitruante comédie musicale anglo-écossaise géniale. 

C'est la joie de la visionner avec le nouveau video-projecteur que nous avons acheté, un engin digne d'une vraie salle de cinéma !

C'est se souvenir d'un souvenir heureux, un moment d'enfance ou d'adolescence. Un premier émoi, une première fois, un voyage, une rencontre...

 C'est contempler un beau garçon qui passe sans la rue, un gymnaste accomplissant une figure difficile avec aisance, un nageur surgissant de l'écume comme le fils de Thétis quand il veut rejoindre Achille au large de Troie avant le combat, quand l'amour irradie son corps fait pour l'amour...




C'est la beauté en général, celle qui aide à vivre et à supporter la laideur de tout les reste, la beauté magnifiée par les anciens, philosophes et poètes, celle de la Jeunesse, de sa force, sa candeur et son entrain. Propos d'homme vieillissant ?  Est-on vieux qaund la quarantaine pointe son nez ? Certes aux yeux des plus jeunes...

Je me considère pourtant toujours comme un jeune homme, et parfois dans ma tête comme l'adolescent heureux que j'ai été - longtemps - et il m'arrive, quand une vitrine dans la rue ou le miroir de la salle de bain me renvoient l'image d'un type adulte, de ne pas tout de suite me reconnaître, une fraction de seconde j'ai en surimpression l'image de celui que j'étais à 17 ou 20 ans. Narcissisme ? Regrets ? 

Qu'y faire après tout, l'âge vient où les souvenirs de jeunesse s'estompent et le chemin est le même pour tous et le terme du chemin identique. Rien de triste finalement. En attendant le souffle ultime et le mystère de l'après, il nous ets donné de vivre. Alors, vivons ! 


Tout ce fouillis poético-psycho-machin écrit ce matin en revenant de promener le chien et avec en fonds sonore dans mes oreilles extrait de l'extraordinaire CD de Roberta Mamelli, ('Round M: Monteverdi Meets jazz), Madrigals, Book 8 (Madrigali, libro ottavo), "Madrigali guerrieri, et amorosi" ... Hava a good day, dudes !
 

 

8/30/21

Pas besoin de légende...

 
Non pas besoin de littérature, ces portraits posés ou pris sur le vif, parlent d'eux-mêmes. La beauté et le magnétisme des garçons est ici représenté dans sa plus simple et naturelle expression. 
 
Ces superbes Pin-up boys pour ensoleiller la semaine des fidèles lecteurs d'Hadrien, rien que des garçons normaux, comme vous et moi, peut-être de votre âge, peut-être plus jeunes, mais qu'importe, ils sont à l'image des demi-dieux du Parnasse, la beauté personnifiée, simple, naturelle et offerte ! 
 







 

Summer holidays are gone but...

En vrac, quelques images symbole de nos vacances. Trop courtes, trop bonnes, trop joyeuses pour ne pas être tristes que déjà il faille songer à la rentrée, à l'automne qui bientôt embellira New York et dont la beauté (The Fall est avec la neige ce qui rend NY aussi beau et unique !) aide à patienter, avant de pouvoir retrouver de nouveau la plage, la mer, la voile, le farniente et ce temps qui semble ne jamais devoir s'arrêter sous le soleil de l'été. Et pourtant...




















 Jehro chante "If I Could Change the World". Il fait beau ici et il va faire chaud. Tant mieux. Bon Lundi et bonne semaine et joli mois de septembre à vous chers lecteurs de la part d'Hadrianus !