04/11/2017

Quand il est revenu, ou Antinoüs est passé me voir...


Non je ne suis pas fou à lier, ni illuminé ni un de ces excités hystériques néo-chrétiens ou un adepte de Khrisna (je les respecte cependant) mais il vient de m'arriver quelque chose d'incroyable et si je n'avais pu toucher de mes mains le phénomène je n'en aurait pas fait l'écho. 

Il ne s'agit pas d'un rêve, ni d'une vision. Il est bien là, en face de moi, entré dans ma vie par hasard et allant au rythme de mes jours depuis une semaine : Antinoüs est revenu. J'ai devant moi le demi-dieu érigé en idole par l'Empereur. Comme les apôtres qui ne reconnurent pas tout d'abord Jésus qui marchait à côté d'eux et leur parlait, je n'ai pas réalisé immédiatement qui était ce garçon splendide et rayonnant qui se tenait devant moi, simplement vêtu d'un jean et d'un t-shirt blanc Skyteam. La sonnette. Paul qui venait d'actionner la gâche de la porte de l'immeuble. J'étais dans l'entrée, j'ai donc ouvert. Une vision. La perfection faite homme. En un clin d’œil, je remarquais la grand mèche bouclée couvrant un front large et derrière d'incroyables longs cils de fille, un regard bleu comme le ciel d'été. Je reçus sa beauté en pleine figure comme un coup de vent doux qui porte avec lui mille parfums comme autant de promesses. Mais qui donc était ce beau gosse qui venait de grimper les marches quatre à quatre et se présentait à moi, son sac sur le dos ? 

Il se nomme Mathias. Tout juste vingt ans, jeune athlète danois au look de skater chic, venu passer quelques jours ici à l'invitation de la sœur de Paul dont il est le petit ami.Ils se sont rencontrés à Copenhague où Lisa était jeune fille au pair. Comme tous les jeunes danois de son âge, il bénéficie d'une année sabbatique avant d'entrer à l'université. Il ne devait arriver que demain mais ayant pu prendre un avion plus tôt il est arrivé à l'improviste. Lisa était dans la salle de bain. Quand elle arrivée dans le salon, sa joie était drôle à voir. entre les gloussements d'une pom-pom girl et les larmes de Pénélope retrouvant son Ulysse. Joli couple que ces deux-là. Paul très protecteur avec sa petite sœur restait un peu en retrait, observant le garçon dont la beauté et l'aisance ne pouvaient que lui plaire. Moi, j'étais ébahi. le sosie d'Antinoüs se mouvait dans le même espace que moi, surgi du passé. Jeune homme d'aujourd'hui il émanait de lui quelque chose d'éternel. oserai-je dire quelque chose de divin ? Mathias resta un long moment avec Lisa. Retrouvailles après quatre mois de séparation. Il n'avait rien d'autre avec lui qu'un mince sac à dos. sa valise avait été égarée entre l'Europe et ici. Rien que de très habituel. 


Le prince du Nil, le héros et le demi-dieu s'est installé dans notre vie pendant quelques jours. Je l'ai regardé, admiré comme on regarde et admire un être d'exception, rare et précieux. Aucun désir charnel dans ma contemplation. Seulement de la joie et une grande satisfaction. celle d'Hadrien retrouvant enfin Antinoüs. Ses cheveux bouclés sur le front, sa bouche joliment ourlée, ses vêtements blancs et lorsqu'il m'apparaissait dévêtu, son corps parfait, ses muscles magnifiquement dessinés - Mathias est un athlète, passionné de course qui a représenté son pays dans plusieurs compétitions internationales dans sa catégorie d'âge. Très à l'aide dans ce corps bien entraîné et tendu, il n'est pas imbu de lui-même, semble même parfois embarrassé par sa beauté ou du moins par le regard que le monde jette sur celle-ci. Sur les réseaux sociaux, il a peu de photos de lui et s'il se regarde dans la glace avant de sortir c'est parce qu'il a peur qu'une poussée d'acné que son allergie aux poils d'animaux pourrait déclencher. Sa peau est parfaite cependant, lisse, blanche. Moi qui l'ai vu presque nu, j'ai vu ce qu'était la perfection chantée par l'Empereur et j'ai compris pourquoi il fit du bithynien un dieu dans tout l'Empire. Pendant quelques jours, j'étais Hadrien et de nouveau Antinoüs était à mes côtés.

Pour respecter sa pudeur et ses goûts, les illustrations, si elles montrent une réelle ressemblance, ne le représentent pas. La joliesse des garçons choisis est superbe, mais elle demeure bien en deçà de sa splendeur. Mathias est reparti depuis une semaine. Il poursuit son périple américain par le Mexique puis se rendra en Argentine avant de rentrer au Danemark pour commencer ses études de médecine. il souhaiterait être neurochirurgien ou médecin généraliste. 

Le dernier soir, avec la guitare de Paul, il a chanté. Un air de Ed Sheeran. Son anglais est parfait. Les paroles étaient très belles et je me suis pris à rêver qu'elles m'étaient adressées. Seul Paul a compris pourquoi j'avais les yeux mouillés. Notre rencontre, nos premiers jours, fous, incertains, perdus et en même temps tellement heureux. Lisa et Mathias sont en train de vivre la même chose. C'est bien.La nuit venait de tomber sur un dimanche d'automne ordinaire. The Fall, ma saison préférée à New York. Le sourire et la présence, solaire, du jeune danois en ont fait un moment de grâce. Comme un rite rendu aux dieux dans la maison de l'Empereur apaisé par l'envoûtante mélodie...

Hold me close through the night 
Don't let me go, we'll be alright 
Touch my soul and hold it tight 
I've been waiting all my life 
I won't scar your young heart 
Just take my hand 
Cause I was made for loving you 
Even though we may be hopeless hearts just passing through 
Every bone screaming 
I don't know what we should do
All I know is, darling, I was made for loving you 
Please don't go, I've been waiting so long 
Oh, you don't even know me at all 
But I was made for loving you...


1 commentaire:

Mamy Grand a dit…

Mais non, Hadrianus, vous n'êtes pas fou à lier.
Bénissez les dieux d'être né sensible à la Beauté ; il y a tant d'aveugles. Elle frappe, elle fouette votre imagination. Vous voici éperdu. C'est notre chance, car les précieuses journées que vous avez vécues nous valent un de ces billets dont vous avez le secret.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...