12/01/2006

Un poème de Frank O'Hara

On m'a demandé ce que lit le garçon torse nu assis devant une agréable table que j'ai présenté il y a quelques semaines. Attablé devant un délicieux brunch new yorkais dans le charmant Upper East Side... Un jour pas si lointain... Le livre c'est "Lunch Poems" de Frank O'hara, (à gauche en arrière-plan) mort accidentellement sur une plage de Baltimore à 40 ans. Curateur au Musée d'Art Moderne, c'était un poète new-yorkais de grande qualité, un de cette "beat generation", capable de mondanité comme de révolte. Son roommate et son petit copain, Joe LeSueur (le blond à droite sur la photo) a parlé de lui comme d'un homme de joie : "I just met the most terrific person" disait-il.
Ils vécurent ensemble à Manhattan de 1951 à l'année de la mort du poète. O'hara adorait la musique, la peinture, la littérature. Pierre Reverdy était un de ses favoris. Ami de Pollock et de Kooning, quelques uns de mes plus vieux amis new yorkais l'ont connu et en gardent un heureux souvenir. Il n'est pas (encore) traduit en français. Dommage.

Aucun commentaire:

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...