15/03/2006

Il est toujours aussi beau

un clin d'oeil de NYC pour mon retour, mon voisin et les chiens... Je ne sais pas vous, mais moi, depuis que j'ai des yeux pour voir, et que mon regard est relié à ma conscience et à mes cellules nerveuses, la matière grise qui me permet de penser et de méditer, bref, depuis longtemps, je suis sensible à tout ce qui est beau autour de moi et la laideur ne reste jamais sur ma rétine. Question de chance (et de favoritisme c'est vrai, car si j'étais né quelque part dans un bidon-ville puant d'Amérique centrale, d'Asie ou d'Afrique, je ne réagirai peut-être pas de la même manière). Je remarque donc dans la rue, à Central Park ou dans ce merveilleux petit jardin tranquille des bords de l'Hudson, mais partout ailleurs aussi, la beauté des filles et des garçons. Celle des garçons me touche bien plus souvent certes et les contempler me fait vibrer comme s'il s'agissait d'une première fois. Non pas que je veuille à chaque fois leur sauter dessus et consommer cette beauté virile et tendre. C'est d'autre chose dont il s'agit. La conscience de faire partie avec eux d'un univers privilégié, celui de la jeunesse. Et comme la jeunesse est belle, je me sens beau à leur contact. 
L'empereur Hadrien dans ses nombreux périples a constamment mêlé la soif de la beauté aux contingences plus triviales de la raison d'état et de la gouvernance. C'est ainsi que son chemin croisa celui du jeune Antinoüs, et que le jeune et bel éphèbe bythinien devint pour l'empereur tout-puissant la raison de vivre et de continuer sur le chemin de la vie, la source de son inspiration d'homme de pouvoir, sa muse, sa vie, sa joie. Antinoüs peupla les jours et les nuits d'Hadrien avant que d'acquérir, par la volonté de son amant, l'immortalité. L'ensemble du monde romain célébra et honora Antinoüs, unique individu issu de l'anonymat dont les traits réels nous soient connus plus de deux mille ans après sa disparition...

06/03/2006

Three men on 5th Avenue

Zabar's

Mon supermarché préféré. On y trouve les meilleurs fromages italiens de tout New York, des huiles d'olive délicieuses, des pains de mie à vous faire saliver dès que le grille pain les avale. Les gens sont super. J'y ai trouvé tout ce qu'il me fallait pour mes sushis mais aussi l'année dernière pour faire cette terrine de pâté de volaille aux herbes. Vive Zabar's ! 
C'est chez Zabar's que j'ai vu David pour la première fois. Il était avec son frère. Benedict qui commençait le collège n'avait pas encore cette assurance que le sport tel qu'on le pratique ici apporte aux adolescents. C'est lui tout d'abord que j'avais remarqué.
Ce visage très fin plein de tâches de rousseur, puis (devant le rayon fromages), j'ai vu son frère, dégingandé, le sourcil froncé qui expliquait quelque chose à ce jeune homme si beau. Très beau aussi, de loin je ne distinguais pas vraiment son âge. Jeune homme ou homme jeune ? Le sourire qu'il me fit quand, m'apercevant, il se rendit compte que j'observais la scène : Benedict voulait un produit et David avait décidé d'en acheter un autre. Le ton montait mais tout restait dans une nuance très britannique. J'ai pensé soudain aux jeunes aristocrates rencontrés autrefois lors d'un séjour dans une école anglaise. Nous nous sommes croisés cette semaine là trois fois. Plus que rare à New York. mais il n'existe pas de hasard, ni à New York, ni ailleurs !

Sushis & poésie, pizza & cinéma.

Stanley Turrentine accompagne ma préparation des sushis dont nous allons nous régaler ce soir avec "gee Baby, ain't I good to you", cet air de blues que j'adore. Il a fait froid mais très beau aujourd'hui. Je rentre en France jeudi. Il ne me reste que quelques jours ici à profiter de l'atmosphère incroyable de cette ville, de notre appartement et de nos copains avec qui j'ai passé un mois formidable. Au programme : Vancouver, Montréal, Paris puis Londres et enfin Bordeaux de nouveau. Plutôt la campagne bordelaise où je vais me reposer quelques jours. ce sera vers la fin avril. En attendant, je profite de New York, de Manhattan. Il y a eu, après le blizzard et nos aventures enneigées, la découverte de deux ou trois nouveaux restaurants et petits cafés sympa, une rencontre avec un proche de O'Hara qui m'a parlé longuement de lui. Je suis de moins en moins chaud pour traduire ce monument de la poésie contemporaine américaine. Il y a chez ce personnage un côté Pasolinien que j'aime peu. cette soif de fête, de baise. Cette instabilité avérée. Pourtant sa description du quotidien new yorkais est géniale, ses vers sur les petites choses de tous les jours sont fascinants... Quand je le lis je revois "smoke" ou Manhattan de Woody Allen, je respire l'air qu'il a respiré et je comprends ce qu'il a ressenti en se promenant dans les rues de la ville. Bon on verra, je vais retourner à mes sushis. Le rice cooker laisse échapper une douce odeur Ce riz parfumé trouvé chez Zabar's est délicieux. Roy Orbison chante California Blue. Vendredi, nous avons été avec Ben voir "Ultra Violet", un nouveau film assez speed, mais efficace et hélas prémonitoire. Après le cinéma, dîner chez Freddie and Pepper's, la pizzeria sur Amsterdam Avenue. Benedict a un peu trop bu comme d'habitude. C'est incroyable comme ce garçon, qui n'a aucun vice, peut facilement se mettre à boire. Il a bu à lui tout seul la moitié du Valpolicella. Bon ça a des bons côtés. Comme d'habitude il a été assez câlin et a fini par dormir presque à poils entre son frère et moi. Beau spectacle que ce jeune éphèbe lisse et musclé, lové contre nous, en toute innocence. Brinkley l'a délogé en lui léchant la figure vers une heure du matin. Bien entendu il s'est levé en râlant après le chien , assez fort pour nous réveiller. Tant mieux, cela nous a  donné quelques idées à David et à moi...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...