13/04/2012

Jeremy Simpson, le jeune homme bleu

Peut-on rester de glace face à ce demi-dieu ? Il est dessiné pour l'amour. Son regard décidé, sa peau lisse et veloutée, sa poitrine nue sous la chemise ouverte... Une invitation.

10/04/2012

De vaillants soldats quand ils s'abandonnent...

Ce n'est pas l'homme qui m'attire. Ce n'est pas un désir animal qui s'accroche à mon âme et me rendrait comme une bête inassouvie quand je désire un garçon. C'est mille fois plus élevé que l'explosion en un instant évaporée qui s'empare de la chair au moment du plaisir. Non, c'est bien autre chose. Le désir des garçons n'est pas seulement fait d'un appétit insatiable pour un grain de peau, un ventre musclé, des pectoraux, de belles fesses, un sexe dardé. C'est une attirance indescriptible, un abandon charmant qui nous prend tout entier, un appel auquel rien de ce que nous sommes ne peut longtemps résister. De tous temps les plus grands poètes ont chanté l'amour des garçons. La politisation de l'homosexualité ou simplement celle de la bisexualité, stupide invention moderne d'un monde sans culture ni poésie a créé les homos, les gays avec leurs parades et leurs revendications sociales. Je n'ai jamais participé aux marches, je n'arbore pas un arc-en-ciel ni ce ridicule ruban rouge que tout le monde arbore comme un talisman. Je ne tortille pas du derrière et j'ai souvent et j'ai longtemps couché avec des femmes. Mais j'aime faire l'amour avec un garçon. Pas avec un homme. Mon semblable ne m'attire que dans la mesure où il est la perfection, l'excellence, la beauté, la vigueur, la félinité que je ne suis plus ou que je n'ai jamais été. J'aime la fraîcheur des garçons, leur odeur, leur réserve, leurs frayeurs, leurs préventions. j'aime leurs corps lisses et tendus comme un arc, tout frais encore des rondeurs de l'enfance, j'aime les toisons infimes qui couronnent leurs appâts virils, la cambrure de leurs reins, la vigueur de leurs cuisses, le duvet de leurs joues, leur poitrine haletante et fraîche, leur regard innocent et pervers à la fois sous de longs cils de fille, leur pieds agiles, leurs mains vigoureuses, ces carcasses puissantes faites pour le combat ou l'amour. Mais l'homme, l'adulte de sexe masculin, tassé, flétri, désabusé et alourdi par le temps, les abus, les échecs, ne m'intéresse pas. Je ne le vois pas. Dans la rue, chaque garçon attire mon attention. même d'une beauté médiocre, sa jeunesse, sa vénusté, sa grâce réveillent mes sens. Je peux croiser mille filles sans en remarquer une seule, sans que mon désir ne s'éveille à leur approche. Le moindre garçon en revanche, sauf à être hideux et difforme, m'attire et je sens sa présence, son ambiguïté à des kilomètres. Tous ont envie qu'on les aime, leurs corps veulent être baisés mais peu savent le formuler et encore moins nombreux sont ceux qui acceptent ce désir et s'y prêtent sans trembler. Quand enfin ils s'abandonnent, une énergie nouvelle semble s'être emparée d'eux qui les métamorphosent en amants ardents qui réclament leur dû et reprennent l'assaut comme de vaillants soldats. Hadrien est leur général.

08/04/2012

Ode à l'amour

Le printemps enfin. déjà même des relents d'été. Pourtant la fraîcheur des nuits nous est douce car elle rapproche nos corps et adoucit ce moment où, avant que de dormir, notre désir se fait gourmand. Tant de délices partagés depuis que nous sommes ensemble...
J'aime ces longs week-ends où nous décidons de rester seuls, sans décrocher le téléphone, sans sortir avec les amis. La promenade du chien, quelques courses peut-être. Pas de télévision, juste de la musique, un film peut-être. Du thé, des sandwiches, plein de livres et plein de tendresse aussi.

Ton corps dénudé quand tu sors de la salle de bain. Son odeur, ce mélange de vanille et d'ambre, la belle toison brune sous tes bras, ton bas-ventre. Et tes pieds, ces beaux longs pieds osseux et lisses, la couleur de ta peau, rose et un peu brune. tu as toujours pris très vite les couleurs de l'été dès que tu t'exposes au soleil. 

Tes cils tellement longs sur tes grands yeux clairs et ta bouche, ta bouche ourlée, large, puissante qui dévoile en un sourire étincelant de belles grandes dents très blanches. 

Tu es mon dieu, mon prince, mon amant, le petit frère longtemps attendu, le seigneur de ma vie, l'emblème de mes nuits et je t'aime. Je t'aime comme jamais je n'ai aimé quelqu'un.

Parfois quand je rentre je te retrouve là, sur le canapé près de la fenêtre, un livre ouvert devant toi, torse nu tu caresses le chien tendu à tes côtés. "Je t'attendais" me dis-tu doucement et ton regard se fait enveloppant, comme une caresse.. Je pose ma sacoche, enlève mon manteau et me penche vers ta bouche pour y déposer un baiser. Le chien frétille, content de nous savoir tous trois réunis. Le chat lève une oreille. Le livre est tombé par terre. Ta main caresse ma nuque. Tu me demande si je vais bien, tu me parles un peu de ta journée. La fac, ta thèse, tes lectures, tes rencontres. puis ton baiser se fait plus voluptueux. Ma main gauche glisse sur ton épaule, ta poitrine. Ta peau est douce et chaude. Je sens ton cœur qui palpite. Le chien s'est levé. il va dans la cuisine, comme s'il comprenait qu'il faut nous laisser maintenant. Je ne puis résister longtemps à l'attrait de ton corps bâti pour l'amour. Le canapé devient en un instant un tapis volant, un nuage de volupté, un morceau de paradis où nous nous aimons, avec fougue, avec ferveur.

J'aime, après l'amour, sentir l'odeur de ton corps. Ambre et vanille. L'effort d'amour ajoute le parfum suave et musqué de ta sueur. J'aime me frotter nu contre ton corps nu que l'amour rend moite et velouté. J'aime ces instants de repos après le combat où tu t'abandonnes contre mon épaule ta main tenant ma main. J'aime ton sexe dardé sur ton ventre musclé, tes abdos, le creux de tes reins où mes mains se posent, tes fesses...

Dors mon amour, repose sur ma poitrine assouvie. laisse-moi te regarder dormir. Tes yeux clos, ton souffle qui se fait plus doux, ton haleine chaude. J'aime passer mes mains dans tes cheveux, suivre du doigt la ligne de tes traits, ton nez, tes lèvres, ton cou. Poser mes lèvres sur ta peau, sur ton ventre, sur ton sexe. Sentir tes muscles, le grain de ta peau, le fin duvet de ta poitrine... Dors, mon amour, dors dans mes bras...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...